Aller à…
=> CANCER : Téléchargez 2 livres gratuitementRSS Feed

Découverte majeure anti-tumorale, anti-angiogénique, anti-inflammatoire, anti-virale, avec grand effet anxiolytique


APIGÈNE 90

Qu’est-ce que l’Apigénine ?

L’apigénine est un flavonoïde que l’on trouve à l’état naturel dans le persil, la menthe, le pamplemousse, la camomille, le romarin, l’origan. Il existe aussi sous forme d’extrait standardisé, autorisé ou non selon la législation.

L’apigénine possède des propriétés anti-inflammatoires, anti-radicalaires, anti angiogéniques, anti-génotoxiques et anti cancéreuses. Récemment, des chercheurs de l’université de l’Ohio ont démontré comment l’apigénine amenait les cellules cancéreuses à redevenir vulnérables et mortelles. Ce principe actif est maintenant proposé sous une forme très concentrée (extrait à 90%) sous le nom “APIGENE 90”.

Comment fonctionne l’Apigénine ?

Andréa DOSEFF, auteur principal de l’étude et professeur de génétique moléculaire, a montré que l’apigénine modifie, chez les cellules cancéreuses, une étape spécifique dans le processus dit de “régulation des gènes”, ceci ayant pour effet d’obliger les cellules cancéreuses à mourir comme prévu normalement.

L’apigénine a également pour caractéristique de se lier avec au moins 160 protéines dans l’organisme humain. La liaison de l’apigénine à certaines protéines génère l’arrêt ou la diminution de la division cellulaire tumorale. Il est plus ou moins reconnu que les erreurs génétiques dans la division cellulaire sont responsables de 80 % des cancers. En s’intégrant aux protéines, c’est là qu’elle permet de nous mettre à l’abri de ce fléau.

Par ailleurs, l’épissage est le processus d’élaboration de l’ARN messager.
L’ARN messager est une molécule produite à partir de l’ADN qui contient toutes les instructions pour construire des protéines.  Mais un épissage dit “alternatif” peut modifier les instructions dans l’ARN final – c’est ce qui se passe dans les cellules cancéreuses, celles-ci résistant alors à la mort programmée (apoptose). L’apigénine permet de rétablir un épissage normal, rétablissant la mortalité des cellules cancéreuses, ainsi que leur vulnérabilité.

Un inhibiteur de prolifération cancéreuse

L’apigénine est la panacée qui nous manquait. Elle interfère au niveau des facteurs de croissance de l’organisme qui contrôlent le développement et la prolifération cellulaire. Ces facteurs de croissance sont en partie responsables de la formation des métastases et des vaisseaux sanguins qui alimentent les cellules tumorales (angiogenèse). Or la tumeur détourne à son profit les facteurs de croissance qui entourent l’amas de cellules tumorales, cela au détriment des cellules immunitaires.

L’apigénine inhibe sélectivement les facteurs de croissance des cellules tumorales, ce qui n’est pas le cas des médicaments développés à l’heure actuelle qui ne sont pas sélectifs et peuvent être dévastateurs et engendrer de graves effets secondaires.

Comme la chimiothérapie, l’apigénine tue les cellules cancéreuses,
mais sans aucun danger et sans aucun effet secondaire.

Un anti-angiogénique

Je rappelle qu’un angiome est un réseau de micro circulation sanguine très dense qui se développe autour d’un organe en vue de satisfaire sa gourmandise, ce qui est le cas des formations tumorales. L’apigénine inhibe l’angiogenèse.

Un puissant anti-inflammatoire

L’apigénine supprime la Cox2 dans les macrophages, qui est une enzyme produisant les prostaglandines PGE2 associées à l’inflammation et la douleur.

Elle inhibe également le NF KappaB, une protéine complexe qui contrôle et active la transcription de l’ADN. NF KappaB est impliqué dans les réponses immunitaires à des stimuli tels que le stress, l’irradiation aux UV, les virus, les bactéries, les radicaux libres, le tabac, etc…
Son dérèglement favorise l’inflammation, les maladies auto-immunes, les infections virales et protège les cellules de l’apoptose (c’est-à-dire de leur mort cellulaire programmée).

Un inhibiteur oestrogénique

L’apigénine bloque une étape de la fabrication des œstrogènes et leurs effets sur la prolifération des cellules cancéreuses. Ainsi, l’apigénine est une réponse idéale aux cancers hormono-dépendants tant pour la femme que pour l’homme, tant de manière curative que préventive.

Des essais cliniques ont été menés pendant cinq ans en Allemagne sur des patients atteints de cancer de l’intestin, le plus grand nombre de ces personnes ont constaté la disparition de leur cancer, mais sur les patients n’ayant pas consommé d’apigénine une rechute a été constatée dans 50 % des cas.

Autres actions de l’Apigénine

                  • L’apigénine est un antiviral (herpès, adénovirus, hépatite B).
                  • Elle entraine aussi une relaxation artérielle générale.
                  • Elle est aussi un neuroprotecteur qui empêche l’accumulation de calcium dans les mitochondries des neurones (effet anti excitotoxicité).
                  • Elle a également un effet anxiolytique.

Dosages utilisés dans les études

Il faut savoir que l’apigénine agit à très faible dosage. Mak a pu démontrer qu’une dose de 20 µM d’apigénine dans les cellules cancéreuses inhibait leur prolifération. Ohno, quant à lui, a pu démontrer une efficacité significative à partir de 6 µg/ml d’apigénine. De fait, la conclusion de diverses études converge sur le fait que le dosage n’a pas besoin d’être conséquent.
L’expérience a montré que 200 mg à titre préventif, 400 mg à titre curatif paraissent être les doses adéquates.

Cosmétiques du visage

                  • L’apigénine réduit la dégradation du collagène ainsi que la peroxydation des lipides.
                  • Elle réduit la fragilité des capillaires sanguins
                  • Elle augmente la capacité de l’élimination de la bilirubine.
                  • C’est le meilleur anti cernes connu (effet visible assez rapidement).

En effet, une diminution de la microcirculation sanguine génère des capillaires plus foncés, plus marqués, plus visibles. Les parois vasculaires, alors moins étanches, moins élastiques, génèrent localement une dilatation ainsi qu’une stagnation. Ce qui favorise une perméabilité capillaire et donc un passage du sang vers le milieu interstitiel. Ce dernier se dégrade par oxydation en bilirubine et en biliverdine (en fer également).
Ces deux pigments sont à l’origine de la coloration de nos cernes. L’apigénine, par sa capacité de l’élimination de la bilirubine, par l’inhibition de la peroxydation des lipides, mais aussi par l’amélioration des parois vasculaires, évite ainsi une vasodilatation source de pigmentation des cernes.

Indications en bref

                  • Adénovirus
                  • Angiomes tumoraux
                  • Anxiété
                  • Bilirubine : dépôts cutanés
                  • Cancers hormono-dépendants
                  • Capillaires : fragilité – Purpura
                  • Collagène : carence
                  • Excitotoxicité cérébrale
                  • Hépatite B
                  • Herpès
                  • Infections virales
                  • Inflammations
                  • Maladies auto immunes
                  • Yeux cernés

Mode d’emploi

Par voie interne

En cas de cancers déclarés :  2 cuil. doses rases de 200 mg / jour

En cas de cernes ou d’anxiété : 1 cuil. doses rases de 200 mg / jour

En micro lavement colonique : 3 cuil. doses de 200 mg dans un verre d’eau tiède / jour 
Solution idéale pour les cancers colorectaux… mais ces lavements peuvent aussi être pratiqués pour tout type de cancer.

Par voie externe :

Saupoudré uniquement sur des plaies
Par exemple, sur un cancer du sein ulcéreux, suintant, il suffit souvent d’une dizaine de jours pour que l’odeur nauséabonde disparaisse, que le sein alors dur retrouve une souplesse. Il faudra bien sûr plus de temps pour la tumeur elle-même. Mais les réactions vont rapidement dans le bon sens.

Vous pouvez commander le produit ici :

Spread the love
  •  
  •  
  •  
  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mots clés : , , , , , , , , , , , , ,

WordPress Appliance - Powered by TurnKey Linux